Volontés d’été

L’été reste de loin une de mes saisons préférées avec le printemps : du soleil, de la légèreté, plein de fruits et légumes, de la chaleur et la possibilité de passer ces week-ends dans les lacs avec l’excuse des 30° pour ne rien faire. L’été, je fais beaucoup plus de projets qu’en début d’année parce que j’ai l’impression de renaître à cette période. L’hiver me rend souvent toute triste, morose ou nostalgique, un peu comme le temps. Au printemps je recommence à prendre du poil de la bête pour être au top en été. Voici donc quelques unes des énergies que je déploie à l’arrivée de l’été !

 

Faire du sport en plein air

Les beaux jours me donnent envie de sortir, d’aller me balader et d’aller dans l’eau. Je n’aime pas trop rester allongée sur la plage et comme il y a beaucoup de lacs où de rivières à proximité de chez moi j’en profite pour faire du paddle et un peu de canoë le week-end. C’est tellement relaxant de se retrouver au milieu d’un lac avec uniquement le bruit de l’eau et du vent.

 

Faire plus de jardin

J’ai désormais quelques petites plantations sur mon balcon : plusieurs fraisiers, un framboisier et un plant de tomate. Mon objectif est dans un premier temps de les garder en vie et ensuite de les chouchouter pour qu’elles me fassent quelques petits fruits. Les framboises et les fraises ont déjà donné quelques fruits, je n’attends plus que la tomate !

DSC_8503

 

Vivre plus lentement

J’ai tendance à prévoir plein de choses, faire le maximum de projets possibles quitte à être carrément déçu lorsqu’ils ne se font pas où les annuler au dernier moment. Je déteste m’ennuyer, il faut toujours que je sois en train de faire ou planifier quelque chose et mon objectif avant fin 2017 c’est d’arriver à vivre plus lentement et apprécier lire un bouquin sur ma terrasse, prendre le temps de manger, de marcher, de contempler les détails…

 

Me remettre au chant et à la guitare

Je me suis racheté une guitare dernièrement et un de mes passe temps favoris quand j’étais au lycée c’était de composer des chansons et les chanter accompagnée de ma guitare. Je m’y remet tout doucement et c’est une activité qui me détend beaucoup et m’aide aussi à extérioriser ce que je ressens. Il faudrait que je prenne confiance en moi pour arriver à jouer devant mon copain mais pour l’instant c’est une chose que j’aime faire seule, c’est un peu mon petit repère personnel.

DSC_8495

 

Faire plus de photo

J’ai un peu abandonné la photo depuis que je travaille et j’ai de plus en plus envie de m’y remettre sérieusement. J’ai la possibilité d’emprunter de très bons appareils au boulot et en plus, le blog me donne envie de m’y remettre sérieusement alors cet été, je photographie !

 

Dessiner plus

Ca fait un bon de temps que je ne dessine plus trop alors que c’était ma passion quand j’étais plus jeune. Les études, le travail n’aident pas à conserver cette petite routine que j’avais alors cet été, je me suis dit que j’allais m’y remettre tout doucement.

DSC_8533

 

 

Publicités

Une virée à Genova

Pour le week-end du 14 juillet, nous sommes allés passer 3 jours au nord de l’Italie. D’abord Gênes, puis Portofino et enfin Turin. C’était vraiment dépaysant et nous avons adoré !

Le vendredi direction Gênes ou nous avons réservé deux nuits dans un petit hôtel sympathique près de la gare, le Nuevo Nord. Il faisait très chaud à notre arrivée et nous n’avions pas vraiment planifié notre visite à l’avance. Nous avons donc découvert le centre ville de Gênes à pieds, avec un plan sous la main pour ne pas nous perdre. La ville est vraiment très jolie et l’architecture y est riche avec notamment des palais et des édifices religieux à foison !

IMG_8564

IMG_8562

IMG_8559

IMG_8585

IMG_8602

IMG_8551

Le vieux port fait assez « costa brava » en Espagne. Ça n’enlève rien à son charme et c’est un endroit très vivant et super agréable pour s’y promener et y manger le soir (et aussi pour aller jeter un oeil aux nombreux yachts amarrés qui font rêver) !

IMG_8576

IMG_8570

IMG_8612

 

 

J’ai chamboulé mon appartement

Cette semaine j’ai fais un gros ménage d’été dans mon appart et j’ai bougé mes meubles, un truc que je fais souvent depuis que je suis petite, allez savoir pourquoi ! En tout cas je suis plutôt contente du résultat ! Je dispose de 43m2 réparti en une entrée, un salon/cuisine, une chambre et une salle de bains. J’ai surtout fais en fonction de mes besoins au sein de mon appartement.

J’adore les pièces assez petites pour travailler, écrire, bouquiner, regarder des séries, m’occuper de mes plantes, dessiner ou cultiver mes petits projets. J’ai donc mis mon grand bureau, mon canapé et mes plantes dans la pièce à la base prévue pour la chambre. Ma chambre était une pièce que je n’aimais pas trop, que je trouvais trop éteinte. Maintenant je m’y sens très bien et c’est vraiment agréable d’y travailler ou de m’y reposer.

IMG_8542

IMG_8544

Mon salon s’est donc transformé en chambre, avec mon lit, ma commode qui me sert de meuble télé et mon gros pouf que j’adore pour lire. J’adore les chambres très spacieuses et là j’ai trouvé le parfait équilibre, une petite pièce pour le travail et une grande pièce pour dormir. Il n’y a que le frigo la nuit qui est assez bruyant, sinon je m’habitue assez vite à dormir à côté de la cuisine. On dirait un petit studio d’étudiante et ça me ravi de faire comme si j’y étais encore !

IMG_8548

La nature, délicieuse thérapie

IMG_8116

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours traversé des périodes de bien-être intense comme des phases de tourments profonds. Dans les deux cas, c’est toujours d’une extreme intensité que je vis ces transitions. Ces passages, c’est toujours en pleine nature que j’apprécie les vivre, loin des hommes, des transformations des hommes et plus proche du monde physique qui constitue notre réalité.

J’ai toujours eu peur de devenir folle, je me pose beaucoup de questions. Je me pose des questions sur la vie, je m’interroge sur mon propre fonctionnement, celui des autres, celui des plantes ou des animaux et aussi celui de l’univers en général. Mon cerveau ne s’arrête jamais, sans cesse en activité. Comme un volcan qui entre en éruption, mes questions deviennent trop présentes, trop assourdissantes et angoissantes et ma conscience est incapable de prendre le dessus sur elles. Ma conscience c’est un peu comme la Terre, elle subit cette nature vrombissante, ces pensées envahissantes.

Je ne suis pas de nature négative, j’ai beaucoup d’empathie. Lorsque mes collègues sont énervés, que mes parents sont un peu tristes où que mon copain est nerveux je le ressens. Je ressens les émotions des autres et je ne peux pas m’empêcher de les vivre. Je comprends les émotions des gens sauf que je ne peux pas m’en débarrasser, je les garde enfoui au fond de moi et je les peint sur ma propre réalité. Je me confond tellement avec les autres que cette empathie qui me ronge tellement, me pousse à m’éloigner des personnes néfastes, même si je les aime.

Je ne suis pas dépressive, je me réjoui souvent de mes petites victoires, du rire des autres, de la bonté humaine et de la beauté de ce qui nous entoure, mais les réseaux sociaux ont fait de moi quelqu’un de jaloux. Tout le monde se montre sous son meilleur jour mais au final cette façade n’est pas la réalité, pourquoi la montrer ?

Alors lorsque je rentre chez mes parents, dans mon village de 400 habitants avec des champs à perte de vue, des montagnes et des animaux, c’est là que je me dis que la vie est belle tant il y a de choses intéressantes à apprendre de cette nature. La nature il n’y a que ça de réel, de fort et de remarquable et il faut juste s’en inspirer chaque jour pour grandir, évoluer.

On ne peut jamais se lasser des merveilles de la nature, de l’origine des choses du monde et c’est devant elle que l’on s’aperçoit que notre passage est court et qu’il faut faire en sorte de laisser une trace positive devant et derrière soi.

Une journée à Genève

Ce dimanche, il faisait un peu gris dehors alors avec mon mec on est parti passer la journée à Genève, en Suisse !

Coup de coeur pour la vieille ville : très jolie, avec ces petites rues, son calme et ses jolies boutiques. Au final, on a pas mal marché, on s’est perdu, on a pris des chemins au hasard et aux détours de ces petites rues piétonnes, ses grandes allées imposantes ou son port très agréable, on a beaucoup aimé cette petite visite éclair à Genève.

DSC07358

DSC07354

DSC07365

DSC07366

DSC07359

DSC07355

Le port et ses alentours sont aussi très mignon et parfais pour une balade tranquille le long du Lac Léman.

DSC07337

DSC07342

DSC07335

DSC07332

DSC07368-2

En vadrouille à la frontière Espagnole

La semaine dernière, c’était un long week-end de quatre jours avec le jeudi férié. Direction le sud chez un ami à Perpignan ! J’en ai profité pour visiter également Collioure et Gérone. C’était grandiose, les paysages étaient magnifique, il faisait chaud et pour mon plus grand bonheur il n’y avait pas encore trop de touristes !

Le premier jour, nous avons fait une randonnée de 4h en partant de Banyuls-Sur-Mer en direction du Col des Gascons. Il faisait très chaud, mais c’était une balade très agréable, au milieu des vignes, ou des cactus avec une très jolie vue sur la mer. Il y avait plein de papillons sur le chemin et nous sommes tombé sur une source d’eau fraîche qu’on ne peut pas louper au retour et qui nous a bien ravigoté !

DSC06973

DSC07020

Le deuxième jour, c’était Collioure ! À une vingtaine de minutes en train de Perpignan, j’ai vraiment adoré cette jolie petite ville. Avec ces maisons plein de couleurs, de charmes et de vieilles pierres, Collioure est blindée de monde, mais en arrivant à 9h le matin j’ai pu profité du calme avant la cohue et c’était un moment parfait. Au programme : visite guidée du château royal et balade dans la ville en faisant régulièrement des stops pour apprécier la beauté des maisons et prendre quelques photos.

DSC07133

DSC07100

DSC07130

DSC07140

DSC07183

Troisième journée direction Gérone, une ville Espagnole très chouette. Ces belles rues pavées, ces fortifications, ces églises… J’avais l’impression d’être dans une série historique et d’ailleurs j’ai appris que la cathédrale Sainte-Marie ainsi que d’autres recoins de la ville avaient servi de lieu de tournage pour Game of Thrones. En tout cas, on ressent beaucoup d’histoire et de vécu dans Gérone et ça lui donne beaucoup de charme.

DSC07246

DSC07282

DSC07307

Défi minimalisme

Avant de tomber sur ce documentaire consacré au Minimalisme, je ne connaissais de ce terme qu’un concept de design et le terme « Less is More » et je ne m’y étais pas plus intéressé que ça. Le regarder n’a fait qu’amplifier la décharge électrique que j’avais déjà ressenti lors de mes nombreux déménagements. J’accumule, j’empile et j’entasse encore… Que ce soit les livres, les vêtements, les ustensiles de cuisine, la nourriture, les chaussures, les sacs, la papeterie, les appareils numériques et j’en passe…

« Vous ne serez pas plus heureux en consommant plus »

Cette phrase résume de loin ce que j’apprends au fil des ans. L’année dernière, je suis parti à Québec avec une valise de 22 kilos et 11 mois plus tard, il m’a fallu une deuxième valise pour réussir à faire rentrer les choses supplémentaires que j’avais acheté. J’ai dû jeter de nombreuses choses, faute de place. Aujourd’hui, je vis seule dans un appartement que j’ai entièrement meublé, et entre le moment ou j’y ai emménagé et aujourd’hui, je sais qu’il y a un gros fossé de cartons. C’est pour cette raison que j’ai décidé de me lancer le défi minimalisme.

crew-59380

Les vêtements

Au terme de cette première semaine de défi minimalisme, j’ai déjà fait un premier tri (vraiment nécessaire) dans ma garde robe. J’ai mis de côté les vêtements que je ne met jamais :

  • Parce qu’ils ne me vont plus (pas d’excuses pour « je le mettrai quand j’aurai perdu quelques kilos)
  • Parce qu’ils ne me plaisent plus, ne correspondent tout simplement plus à ce que j’ai envie de porter
  • Parce qu’ils ne me servent plus (en gros si j’ai trois pantalons noirs, le gros dilemme de choisir le bon)

Ce tri a libéré pas mal d’espace dans mon « dressing » et m’a permis de tout bien organiser (le mot magique) par catégorie, les hauts, les bas, les pulls et les jupes. Les pyjamas vont dans une commode et les robes, les vestes et les manteaux vont dans la penderie. J’ai donc mis de côté une grosse valise de vêtements, que je vais distribuer à mes amies et à Emmaüs. Je suis tentée par la collecte de vêtements chez H&M

A l’avenir, si j’ai besoin d’acheter un nouveau vêtement, je me questionnerai sur sa réelle utilité, et quand bien même il soit utile, j’adopterai le 1 vêtement acheté = 1 vêtement donné.