Adulescence

J’en ai mangé des livres de développement personnel depuis l’adulescence, ce moment que j’appelle ainsi à cause de l’infime et surtout infâme frontière entre l’adolescence et l’âge adulte. Ce moment où tu commences à te poser bien des questions. Dans tous les bouquins que j’ai pu lire, où même des articles sur les blogs, les gens évoquait toujours leur propre négativité comme vecteur de négativité autour d’eux. J’y croyais pas trop à l’époque, je pensais surtout que l’être humain était scotché à sa poisse où à sa chance, un peu comme au loto quoi. En fait, depuis que mon cerveau se la joue un petit peu plus adulte qu’ado et que j’ai décidé de moins râler, je me suis aperçu que c’était pas vraiment le tirage au sort de la vie qui faisait de moi quelqu’un de positif. C’est le fait d’être déterminé à ne plus stagner dans la négativité, tout simplement. Bon, c’est pas facile tous les jours de la combattre tu t’en doutes. Tu peux le voir sur l’illustration que j’ai faite, mon petit démon improductif est toujours là des fois. Surtout quand j’ai mes règles.

Numéro1-01

Je pensais avoir côtoyé pas mal de gens négatifs mais avec le recul, je me dis que c’était peut être moi qui ne ressentait que leur négativité et qui en retour les contaminait. La négativité c’est contagieux et c’est dur de lui faire la guerre. Aujourd’hui je suis d’avantage entourée de positivité. En fait ce n’est pas le bon mot « entouré ». La bonne phrase serait plutôt : Aujourd’hui, je remarque d’avantage les petites choses positives qui m’entourent. Et en plus je m’en nourris pour combattre les circonstances plus négatives, si c’est pas beau ça… C’est vrai, dès le moment où tu apprends à reconnaître l’éventualité d’une sphère meilleure dans toutes les situations du quotidien, tu prends la vie avec plus de légèreté. Ça ne veut pas dire que tu réfléchis plus mais que tu réfléchis mieux.

Se cacher derrière sa négativité c’est facile. Être positif, ça demande pas mal d’énergie, surtout quand t’as le moral dans les chaussettes. Contre le mental qui flanche, Lorie a trouvé le remède miracle et désormais je m’efforce de suivre ses pas dans la positive attitude.

Publicités

Volontés d’été

L’été reste de loin une de mes saisons préférées avec le printemps : du soleil, de la légèreté, plein de fruits et légumes, de la chaleur et la possibilité de passer ces week-ends dans les lacs avec l’excuse des 30° pour ne rien faire. L’été, je fais beaucoup plus de projets qu’en début d’année parce que j’ai l’impression de renaître à cette période. L’hiver me rend souvent toute triste, morose ou nostalgique, un peu comme le temps. Au printemps je recommence à prendre du poil de la bête pour être au top en été. Voici donc quelques unes des énergies que je déploie à l’arrivée de l’été !

 

Faire du sport en plein air

Les beaux jours me donnent envie de sortir, d’aller me balader et d’aller dans l’eau. Je n’aime pas trop rester allongée sur la plage et comme il y a beaucoup de lacs où de rivières à proximité de chez moi j’en profite pour faire du paddle et un peu de canoë le week-end. C’est tellement relaxant de se retrouver au milieu d’un lac avec uniquement le bruit de l’eau et du vent.

 

Faire plus de jardin

J’ai désormais quelques petites plantations sur mon balcon : plusieurs fraisiers, un framboisier et un plant de tomate. Mon objectif est dans un premier temps de les garder en vie et ensuite de les chouchouter pour qu’elles me fassent quelques petits fruits. Les framboises et les fraises ont déjà donné quelques fruits, je n’attends plus que la tomate !

DSC_8503

 

Vivre plus lentement

J’ai tendance à prévoir plein de choses, faire le maximum de projets possibles quitte à être carrément déçu lorsqu’ils ne se font pas où les annuler au dernier moment. Je déteste m’ennuyer, il faut toujours que je sois en train de faire ou planifier quelque chose et mon objectif avant fin 2017 c’est d’arriver à vivre plus lentement et apprécier lire un bouquin sur ma terrasse, prendre le temps de manger, de marcher, de contempler les détails…

 

Me remettre au chant et à la guitare

Je me suis racheté une guitare dernièrement et un de mes passe temps favoris quand j’étais au lycée c’était de composer des chansons et les chanter accompagnée de ma guitare. Je m’y remet tout doucement et c’est une activité qui me détend beaucoup et m’aide aussi à extérioriser ce que je ressens. Il faudrait que je prenne confiance en moi pour arriver à jouer devant mon copain mais pour l’instant c’est une chose que j’aime faire seule, c’est un peu mon petit repère personnel.

DSC_8495

 

Faire plus de photo

J’ai un peu abandonné la photo depuis que je travaille et j’ai de plus en plus envie de m’y remettre sérieusement. J’ai la possibilité d’emprunter de très bons appareils au boulot et en plus, le blog me donne envie de m’y remettre sérieusement alors cet été, je photographie !

 

Dessiner plus

Ca fait un bon de temps que je ne dessine plus trop alors que c’était ma passion quand j’étais plus jeune. Les études, le travail n’aident pas à conserver cette petite routine que j’avais alors cet été, je me suis dit que j’allais m’y remettre tout doucement.

DSC_8533